Acidocétose diabétique, qu'est-ce que c'est, symptômes et traitement à domicile

La norme de réponse au ticket numéro 65

Le standard de la réponse à la tâche numéro 1.

Cardiopathie ischémique. Cardiosclérose post-infarctus. Fibrillation auriculaire constante, tachyforme. Stade CH IIB (IV f. C.).

Fibrillation auriculaire constante, tachyforme.

ECG, échocardiographie, radiographie pulmonaire, diurèse quotidienne, créatinine, cholestérol, cholestérol LDL, cholestérol HDL, TG, potassium.

Inhibiteurs de l'ECA (ou sartans), diurétiques (y compris spironolactone), glycosides cardiaques, bêtabloquants (titration lente de la dose), warfarine sous le contrôle de l'INR (niveau cible - 2-3), statines.

Entraînez le patient à se maîtriser, en lui expliquant la nécessité de prendre régulièrement les médicaments recommandés et d'ajuster la posologie du diurétique en fonction du poids et du bien-être.

Le standard de la réponse à la tâche numéro 2.

La présence de kystes congénitaux, maladie pulmonaire polykystique.

Radiographie thoracique.

La lutte contre les chocs (solution à 50% d'analgine 2 ml, prednisone 30-60 mg par voie iv, dopamine 2-4 ml par voie iv, inhalation d'oxygène), ponction pleurale (dans l'espace intercostal 7-8 du côté du pneumothorax dans le dos ligne axillaire avec une aiguille fine sous anesthésie locale avec une solution de novocaïne à 0,25% de 20-30 ml, puis avec une aiguille épaisse une ponction de la poitrine, évacuation de l’air jusqu’à obturation complète). Si l'herméticité n'est pas obtenue, drainage de la cavité pleurale selon Byulau, avec inefficacité - traitement chirurgical.

Le standard de la réponse à la tâche numéro 3.

Grossesse 30 semaines. Cicatrice sur l'utérus après une césarienne. La rupture utérine est complète. Choc hémorragique II Art.

La présence d'une cicatrice fragile sur l'utérus.

Laparotomie d'urgence sous ETN., Mesures antichocs, césarienne. La solution à la question de la possible expansion du volume de la chirurgie à l'hystérectomie.

Mort foetale, mortalité maternelle.

Avec un utérus préservé - contraception, cure thermale.

8.1. Acidocétose diabétique

8.1. Acidocétose diabétique

Acidocétose diabétique (ACD) - Il s'agit d'une complication aiguë du diabète sucré, caractérisée par une augmentation de la glycémie d'environ 14 mmol / L, une cétonémie grave et le développement d'une acidose métabolique. Il s'agit d'une maladie potentiellement mortelle qui se développe généralement chez les patients atteints de diabète de type I et constitue parfois le début de cette maladie. Dans de rares cas, une acidocétose diabétique peut survenir avec le diabète de type II.

Physiopathologie

Le développement de la DKA repose sur une carence marquée en insuline résultant d’un diagnostic tardif du diabète, du retrait ou de l’insuffisance de la dose d’insuline administrée, de maladies concomitantes (maladies infectieuses des reins et des voies urinaires, des poumons et des voies respiratoires, des organes pelviens, des maladies accompagnées de fièvre, d’infarctus du myocarde et etc.), blessures et interventions chirurgicales, grossesse, prise de médicaments - antagonistes de l’insuline (glucocorticoïdes). Une carence sévère en insuline fait que le glucose - le principal substrat énergétique - ne peut pas pénétrer dans la cellule et que se développe la "faim énergétique" de tout l'organisme. À

Il s'agit de processus activés de manière compensatoire visant à augmenter la production de glucose (dégradation du glycogène dans le foie et les muscles, synthèse du glucose à partir d'acides aminés). Tout cela conduit à une augmentation incontrôlée du glucose qui, en raison du manque d'insuline, ne peut pas être complètement absorbé par les tissus. L'hyperglycémie provoque une diurèse osmotique (le glucose «entraîne» de l'eau) et favorise le développement d'une déshydratation sévère. Puisque le glucose n'est pas absorbé par les cellules, la graisse est décomposée en acides gras libres pour reconstituer l'énergie qui, transformée en désintégration, se transforme en corps cétoniques. L'accumulation progressive de corps cétoniques détermine le développement et la progression de l'acidose métabolique. Ces processus entraînent la perte d'ions potassium par l'organisme. En cas de déshydratation, d'hypoxie, de cétonémie, d'acidose et de déficit énergétique, des troubles de la conscience peuvent survenir, notamment du sopor et du coma.

Inspection initiale

• Vérifiez si le patient a déjà eu le diabète.

• Notez les signes de décompensation du métabolisme des glucides: polyurie, soif, perte de poids, faiblesse, adynamie.

• Évaluez les signes de déshydratation: peau sèche et muqueuses, diminution de la turgescence des tissus mous et du tonus des globes oculaires, hypotension artérielle.

• Identifiez les signes d’acidocétose: odeur d’acétone dans la respiration expirée, respiration de Kussmaul (respiration profonde, fréquente et bruyante), nausées, vomissements, syndrome abdominal (douleurs abdominales, symptômes d’un abdomen «aigu» associé à une déshydratation, irritation du péritoné avec corps cétoniques, perturbations électrolytiques). , parésie intestinale).

• Évaluer un trouble de la conscience.

• Identifier les signes de pathologie concomitante: infections des voies urinaires, pneumonie, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, traumatisme, chirurgie récente.

Les patients atteints d'ACD doivent être hospitalisés dans des services endocrinologiques spécialisés et avec un coma d'acidocétose diabétique, dans l'unité de soins intensifs.

Premiers secours

• Si le patient est dans le coma, assurez-vous que les voies respiratoires sont praticables et préparez-le à l'intubation endotrachéale et à la ventilation mécanique.

• Si nécessaire (selon les recommandations du médecin), préparez le patient pour l'installation d'un cathéter veineux central, cathétérisez la vessie et insérez une sonde nasogastrique.

• Prenez un échantillon de sang pour une analyse rapide afin de déterminer les niveaux de glucose, de potassium, de sodium, une étude de condition acide-base (ACS), faites un test sanguin général.

• Prélevez un échantillon d'urine pour une analyse générale et une évaluation de la cétonurie.

• Réalisez un examen ECG et une radiographie pulmonaire (selon les recommandations de votre médecin).

• Préparer un système de perfusion pour l'administration intraveineuse de solutions de potassium, d'insuline et de réhydratation.

Pour la réhydratation, on utilise habituellement une solution de NaCl à 0,9%, à raison de 1 000 ml pendant 1 heure, de 500 ml pour les 2 heures suivantes et de 300 ml / heure à partir de la 4e heure. et plus loin. Avec une diminution de la glycémie à 13 - 14 mmol / l le premier jour, ils passent à l’introduction d’une solution de glucose à 5 - 10%.

Avec une diminution rapide de la glycémie (plus de 5,5 mmol / l / h), le risque de développer un syndrome osmotique

déséquilibre et œdème cérébral! Toutes les solutions sont introduites à chaud (jusqu'à 37 ° C).

L’insulinothérapie est réalisée uniquement à l’aide d’insuline à action brèvequi devrait administré par voie intraveineuse (préférable) ou profondément par voie intramusculaire. Au cours de la première heure, l'insuline est injectée lentement par voie intraveineuse à une dose de 10 à 14 unités, à partir de la deuxième heure, à raison de 4 à 8 unités / heure (par perfusion), par voie intraveineuse ou par goutte à goutte dans le système de perfusion. Pour une injection intraveineuse ou une injection d’insuline par voie intramusculaire, il est nécessaire d’utiliser une seringue à insuline munie d’une aiguille (injection intramusculaire) préalablement, dans ce cas, les erreurs peuvent être évitées en administrant une dose d’insuline plus faible que celle indiquée, mais aussi en évitant (lors de l'administration i / m) d'insuline pénétrant dans la graisse sous-cutanée, d'où son absorption est altérée de manière significative. Il faut toujours faire attention à la correspondance de la concentration d'insuline utilisée (indiquée sur le flacon - U-40 ou U-100, signifie le nombre d'unités d'insuline dans 1 ml de solution) et des seringues à insuline, car une erreur dans ce cas peut conduire à l'introduction d'une dose du médicament, en 2 5 fois plus grand ou plus petit que nécessaire. Avec une perfusion intraveineuse ou une administration continue d'insuline, il est nécessaire d'utiliser une solution à 20% de sérum albumine humaine. Sinon, la sorption (sédimentation) de l'insuline sur le verre et le plastique dans les systèmes de flacon et de perfusion sera de 10 à 50%, ce qui compliquera le contrôle et la correction de la dose administrée.

S'il est impossible d'utiliser de l'albumine humaine à 20%, il est préférable d'administrer de l'insuline une fois par heure dans la gencive du système de perfusion. La préparation de la solution d'insuline pour perfusion implique de combiner 50 UI d'insuline à action rapide avec 2 ml d'albumine de sérum humain à 20% et, en conclusion, de porter le volume total du mélange à 50 ml avec une solution de chlorure de sodium à 0,9%.

La solution de potassium est administrée à raison de 1 à 3 g / heure en fonction de la concentration de potassium dans le sang, la durée du traitement est déterminée individuellement.

En plus, il est réalisé:

• traitement et prévention des infections intercurrentes - la nomination d'antibiotiques à large spectre ne présentant pas de néphrotoxicité (selon les directives d'un médecin),

• prévention des troubles du système de coagulation du sang (thrombose) - la nomination de l'héparine iv et s / c (selon les directives du médecin).

• prévention et traitement de l'œdème cérébral:

la prévention est au ralenti diminution de la glycémie et de l'osmolarité au moment de la perfusion et de l'insulinothérapie,

le traitement comprend l'administration par voie parentérale de diurétiques osmotiques (mannitol, lasix).

Actions de suivi

• Contrôle de la pression artérielle, du rythme cardiaque et de la température corporelle toutes les 2 heures.

• Contrôle horaire du débit urinaire jusqu'à l'élimination de la déshydratation.

• Test sanguin rapide toutes les heures pour la glycémie (avec administration intraveineuse d'insuline).

• Un test sanguin pour déterminer le niveau de potassium toutes les 2 heures jusqu'à la normalisation du taux de potassium. Le sang utilisé dans cette étude ne provient pas d'une veine qui a récemment été perfusée avec une solution de potassium afin d'éviter des erreurs de diagnostic.

• Un test sanguin pour étudier l’état acido-basique (KHS) 2 à 3 fois par jour pour une normalisation stable du pH sanguin.

• Un test sanguin / urinaire permettant de déterminer les corps cétoniques dans le sérum ou l'urine, respectivement, 2 fois par jour pendant les 2 premiers jours, puis 1 fois par jour.

• Prise de sang pour analyse générale (dynamique de l’hémoconcentration), études coagulologiques (dynamique du système de coagulation, surveillance par héparine), études biochimiques (taux de créatinine), prélèvement d’urine pour analyse générale, études bactériologiques (détection et surveillance du traitement de l’infection). voies urinaires), etc. - comme dirigé par un docteur.

• Contrôle ECG (selon les directives d'un médecin) - identification des signes de troubles électrolytiques, d'arythmie cardiaque.

Mesures préventives

• Informer le patient des conséquences graves de l'interruption de l'administration d'insuline.

• Former un patient diabétique avec des compétences en insulinothérapie, changer le schéma d'administration d'insuline en cas de maladies concomitantes (augmenter la fréquence des mesures de glycémie, étudier la cétonurie, augmenter l'administration d'insuline en fonction du besoin accru, consommer suffisamment de liquide, se rendre dans un établissement médical présentant une hyperglycémie persistante, nausée , vomissements, cétonurie).

• Apprendre au patient à reconnaître les premiers symptômes de l'ACD.

Acidocétose diabétique: recommandations de traitement et soins d'urgence

L'acidocétose est la complication la plus courante et la plus dangereuse du diabète depuis de nombreuses années. Les experts disent que plus de 6% des patients souffrent de ce trouble.

Au début, l'acidocétose provoque des modifications biochimiques spécifiques dans le corps.

Si le patient ignore cette affection pendant une longue période, un coma peut se développer, avec de graves perturbations métaboliques, une perte de conscience et un dysfonctionnement du système nerveux. Dans ce cas, une personne a besoin de soins d'urgence professionnels.

Un expert peut prescrire un traitement efficace contre l’acidocétose, car tout dépend du temps que le diabétique a passé dans un état inconscient, ainsi que du degré de dégradation des systèmes du corps.

Quand un diabétique a une détérioration de son état général, il cesse de répondre normalement à la parole et aux actions des personnes qui l’entourent et ne peut pas non plus naviguer dans l’espace.

De tels symptômes peuvent indiquer que le patient a subi les effets destructeurs d'un coma acidocétotique.

Séparément, il convient de considérer que la probabilité de développer cette forme de perturbation augmente dans les cas où le diabétique n'utilise pas de traitement constant pour réduire le sucre, manque souvent les médicaments nécessaires ou se caractérise par une augmentation constante de la glycémie.

Parfois, la vie d'un diabétique et son état de santé dépendent de soins médicaux rapides.

Les experts disent qu'avec l'acidocétose, les manipulations suivantes doivent être effectuées:

  • appelez immédiatement une équipe médicale et couchez le diabétique d'un côté. Ceci est fait pour que le vomi puisse sortir plus facilement et que le patient ne soit pas étouffé avec eux dans un état incontrôlé,
  • il est nécessaire de contrôler la pression artérielle et le pouls d'un diabétique,
  • vérifier si le patient sent une odeur caractéristique d'acétone,
  • si l'insuline est disponible, il est alors nécessaire d'administrer une seule dose par voie sous-cutanée (pas plus de 5 unités),
  • attendre que l’ambulance arrive avec le patient.

Lorsqu'un diabétique constate indépendamment le fait que son état général s'aggrave, vous devez mesurer le niveau de glycémie à l'aide d'un appareil spécial. L'essentiel est de ne pas paniquer et de ne pas perdre le contrôle de soi.

Il est toujours nécessaire de se rappeler que les appareils portables de mesure du glucose se distinguent par de petites erreurs dans les indicateurs et ne sont pas adaptés pour reconnaître une glycémie trop élevée. Chaque modèle a ses propres paramètres et un seuil acceptable est défini.

C’est pourquoi, si, après un prélèvement sanguin correctement effectué, le dispositif a émis une erreur, il est nécessaire de prendre une position horizontale et d’appeler de toute urgence une équipe médicale d’urgence.

Il convient de noter que dans une telle situation, il est impossible de rester seul, il est souhaitable que des personnes proches ou des voisins soient à proximité.

Si cela n'est pas possible, il est nécessaire d'ouvrir la porte d'entrée afin qu'en cas de perte de conscience, les médecins puissent facilement entrer dans l'appartement. Il est extrêmement dangereux de prendre des médicaments qui ajustent la pression artérielle ou le taux de sucre dans cet état, car ils peuvent provoquer une résonance particulière dans l'unité de soins intensifs lorsqu'une personne sort du coma.

De nombreux médicaments peuvent provoquer une réaction indésirable car ils sont simplement incompatibles avec les médicaments utilisés à l'hôpital.

Si le diabétique est toujours inconscient, vous devez évaluer le degré de perméabilité des voies respiratoires.

Pour réduire le niveau général d'intoxication, vous pouvez vous rincer l'estomac et faire un lavement.

Dans un hôpital, les spécialistes doivent faire un test sanguin à partir d’une veine et examiner l’urine. Si possible, déterminez la cause de la décompensation du diabète .ads-mob-1

Tous les patients atteints d'acidocétose diabétique doivent être conduits à l'unité de soins intensifs. Un traitement de qualité consiste en 5 éléments obligatoires, chacun remplissant une certaine fonction sur la voie du rétablissement.

Le patient doit être prescrit:

  1. réhydratation (reconstitution progressive de l'équilibre hydrique dans le corps),
  2. insulinothérapie
  3. élimination de l'acidose (restauration des indicateurs optimaux acide-base chez l'homme),
  4. correction des perturbations électrolytiques détectées (la carence en sodium, potassium et autres minéraux doit être comblée dans le corps),
  5. traitement obligatoire des infections concomitantes et des pathologies pouvant entraîner une complication du diabète.

Le plus souvent, un patient souffrant d'acidocétose est hospitalisé dans l'unité de soins intensifs.Une équipe de médecins expérimentés effectue un suivi constant des indicateurs vitaux du corps.

Le programme de recherche suivant s'applique:

Dans la grande majorité des cas, les soins à domicile visent à prévenir l’acidocétose compliquée et à réduire les taux élevés de glycémie. Si le patient a reçu un diagnostic de diabète de type 1, il doit surveiller quotidiennement son état de santé et son taux de glycémie.

Les médecins disent que vous devez utiliser le lecteur plus souvent dans les cas suivants:

  • quand ma santé s'est détériorée
  • si le diabétique est seulement porteur d'une maladie complexe, ou s'il est blessé,
  • quand le patient combat l'infection.

Seul le médecin traitant peut prescrire le traitement actuel de l'hyperglycémie avec des injections spéciales. Particulièrement vigilant pour être en relation avec les infections et l'hydratation.

Acidocétose diabétique chez l'enfant et ses méthodes de traitement

Les premiers signes de cette complication surviennent chez les enfants en raison du diagnostic inopiné du diabète de type 1. Les symptômes sont exactement les mêmes que chez les adultes.

Il est important de se rappeler que les soins du diabète doivent être soignés, car ils dépendent de la fréquence de survenue d'une acidocétose.

Les statistiques montrent que cette complication survient le plus souvent chez les enfants espagnols et afro-américains atteints de diabète dès leur plus jeune âge. Mais en Russie, l'acidocétose se produit dans 30% des cas.

Pour prévenir d'éventuelles complications, le traitement doit être instauré immédiatement.. La réhydratation doit être effectuée avec une extrême prudence, car une consommation excessive de liquide peut provoquer un œdème cérébral .ads-mob-2

Les spécialistes affirment que les traitements invasifs de l'acidocétose diabétique aident le patient à se remettre complètement d'une maladie grave. L'issue fatale est extrêmement rare (dans environ 2% des cas).

ads-pc-4 Mais si une personne ignore la maladie, des complications imprévues peuvent alors survenir.

Si un diabétique ne traite pas l'acidocétose, il devrait:

  • crampes graves aux membres
  • œdème cérébral,
  • réduction du glucose à un niveau critique,
  • arrêt cardiaque
  • accumulation de liquide dans les poumons.

Le respect scrupuleux des mesures de sécurité aidera à éviter une complication douloureuse du diabète telle que l’acidocétose.

Le patient doit adhérer aux règles élémentaires:

  • surveillance régulière des indicateurs de glycémie à l'aide d'un appareil portable,
  • l'utilisation d'injections d'insuline, la posologie doit être compatible avec le sucre,
  • utilisation périodique de bandelettes réactives pour la détermination de la cétone,
  • contrôle indépendant de l’état de santé du patient afin d’ajuster au besoin la dose d’un hypoglycémiant.

Sur les causes, les symptômes et le traitement de l'acidocétose dans le diabète dans la vidéo:

Par ailleurs, il convient de noter qu’aujourd’hui, il existe des écoles spéciales pour les diabétiques, grâce auxquelles ces patients peuvent apprendre à surveiller leur santé et à quoi faire en cas d’urgence.

  • Stabilise le taux de sucre pendant une longue période
  • Restaure la production d'insuline pancréatique

Quel est le danger d'un changement de pH?

Le pH admissible ne doit pas dépasser 7.2-7.4. Une augmentation du niveau d'acidité dans le corps est accompagnée d'une détérioration du bien-être du diabétique.

Ainsi, plus le nombre de corps cétoniques produits est élevé, plus l'acidité augmente et plus la faiblesse du patient augmente rapidement. Si le diabétique n'est pas aidé à temps, un coma se développera, ce qui peut entraîner la mort dans le futur.

Selon les résultats des analyses, il est possible de déterminer le développement de l'acidocétose par de tels changements:

  • dans le sang, le coefficient des corps cétoniques augmente de plus de 6 mmol / l et le glucose de plus de 13,7 mmol / l,
  • les corps cétoniques sont également présents dans l'urine,
  • l'acidité change.

La pathologie est plus souvent associée au diabète de type 1. L'acidocétose est beaucoup moins courante chez les personnes atteintes de diabète de type 2. Sur une période de 15 ans, plus de 15% des décès consécutifs à une acidocétose diabétique ont été enregistrés.

Pour réduire le risque d'une telle complication, le patient doit apprendre à calculer de manière indépendante le dosage de l'hormone insuline et à maîtriser la technique des injections d'insuline.

Les principales raisons du développement de la pathologie

Les corps cétoniques commencent à se former en raison d'une perturbation de l'interaction des cellules avec l'insuline, ainsi que d'une déshydratation sévère.

Cela peut arriver avec le diabète sucré de type 2, lorsque les cellules perdent leur sensibilité à l'hormone, ou avec le diabète de type 1, lorsque le pancréas endommagé cesse de produire suffisamment d'insuline. Étant donné que le diabète provoque une excrétion intense de l'urine, cette combinaison de facteurs provoque l'acidocétose.

L'acidocétose peut provoquer de telles raisons:

  • prendre des hormones, des stéroïdes, des antipsychotiques et des diurétiques,
  • diabète pendant la grossesse
  • fièvre prolongée, vomissements ou diarrhée,
  • intervention chirurgicale, la pancréatectomie est particulièrement dangereuse,
  • des blessures
  • Durée du diabète sucré de type 2.

Une autre raison peut être considérée comme une violation du calendrier et de la technique d'injections d'insuline:

  • hormone expirée
  • une mesure rare de la concentration de sucre dans le sang,
  • violation du régime sans compensation pour l'insuline,
  • dommages à la seringue ou à la pompe,
  • auto-médication avec des méthodes alternatives avec des injections sautées.

L'acidocétose, en l'occurrence, est due à une erreur de diagnostic du diabète et, par conséquent, au retard du début du traitement par l'insuline.

Symptômes de la maladie

Des corps cétoniques se forment progressivement, généralement des premiers signes jusqu'à l'apparition d'un état précomateux, plusieurs jours plus tard. Mais il y a aussi un processus plus rapide d'augmentation de l'acidocétose. Il est important que chaque diabétique surveille attentivement son bien-être afin de reconnaître les signes alarmants à temps et d'avoir le temps de prendre les mesures nécessaires.

Au stade initial, vous pouvez faire attention à de telles manifestations:

  • déshydratation sévère des muqueuses et de la peau,
  • débit urinaire fréquent et abondant,
  • soif indomptable
  • des démangeaisons apparaissent
  • perte de force
  • perte de poids inexpliquée.

Ces signes passent souvent inaperçus, car ils sont caractéristiques du diabète.

Un changement de l'acidité dans le corps et une formation accrue de cétones commencent à se manifester avec des symptômes plus importants:

  • il y a des accès de nausée qui se transforment en vomissements,
  • la respiration devient plus bruyante et plus profonde
  • il y a un arrière-goût et une odeur d'acétone dans la bouche.

A l'avenir, la situation s'aggrave:

  • des crises de migraine apparaissent
  • somnolence et état léthargique,
  • la perte de poids continue
  • la douleur survient dans l'abdomen et la gorge.

Le syndrome douloureux apparaît en raison de la déshydratation et de l'effet irritant des corps cétoniques sur les organes digestifs. Une douleur intense, une tension accrue de la paroi antérieure du péritoine et une constipation peuvent entraîner une erreur de diagnostic et une suspicion de maladie infectieuse ou inflammatoire.

Pendant ce temps, les symptômes d'un état précomateux apparaissent:

  • déshydratation sévère
  • sécher les muqueuses et la peau,
  • la peau devient pâle et froide
  • rougeur du front, des pommettes et du menton apparaissent
  • les muscles et le teint s'affaiblissent,
  • la pression chute brusquement
  • la respiration devient plus bruyante et s'accompagne d'une odeur d'acétone,
  • la conscience devient trouble et une personne tombe dans le coma.

Diagnostic du diabète

Avec l'acidocétose, le coefficient de glucose peut atteindre plus de 28 mmol / L. ceci est déterminé par les résultats d'un test sanguin, la première étude obligatoire, qui est réalisée après le placement du patient dans l'unité de soins intensifs. Si la fonction excrétrice des reins est légèrement altérée, le taux de sucre peut alors être bas.

L’indicateur déterminant du développement de l’acidocétose sera la présence de cétones dans le sérum sanguin, ce qui n’est pas observé dans l’hyperglycémie ordinaire. Confirmez le diagnostic et la présence de corps cétoniques dans les urines.

Des tests sanguins biochimiques permettent de déterminer la perte de composition en électrolytes et le degré de diminution du bicarbonate et de l’acidité.

Le degré de viscosité du sang est également important. Un sang épais empêche le fonctionnement du muscle cardiaque, ce qui se traduit par une privation d'oxygène du myocarde et du cerveau. Ces lésions graves aux organes vitaux entraînent de graves complications après un état prédomateux ou un coma.

Une autre numération sanguine à laquelle la créatinine et l'urée seront attentives. Un niveau élevé d'indicateurs indique une déshydratation grave, entraînant une diminution de l'intensité du flux sanguin.

Une augmentation de la concentration de leucocytes dans le sang s'explique par l'état de stress du corps provoqué par le risque d'acidocétose ou par une maladie infectieuse concomitante.

La température du patient ne reste généralement pas au-dessus de la normale ou légèrement réduite, ce qui est dû à une pression trop basse et à une modification de l’acidité.

Le diagnostic différentiel du syndrome hypersmolaire et de l'acidocétose peut être effectué à l'aide du tableau suivant:

Des indicateursAcidocétose diabétiqueSyndrome hypersmolaire
Poids légerMoyenLourd
Glycémie, mmol / lPlus de 13Plus de 13Plus de 1331-60
Bicarbonate, meq / l16-1810-16Moins de 10Plus de 15
pH du sang7,26-7,37-7,25Moins de 7Plus de 7,3
Cétones sanguines++++++Légèrement augmenté ou normal
Cétones dans l'urine++++++Peu ou pas
Différence anioniquePlus de 10Plus de 12Plus de 12Moins de 12
Conscience altéréeNonNon ou somnolenceComa ou stupeurComa ou stupeur

Régime de traitement

L'acidocétose diabétique est considérée comme une complication dangereuse. Quand une personne atteinte de diabète s'aggrave soudainement, elle a besoin de soins d'urgence. En l'absence de soulagement rapide de la pathologie, un grave coma acido-acidique se développe et peut entraîner des lésions cérébrales et la mort.

Pour les premiers secours, vous devez vous rappeler l'algorithme pour les actions correctes:

  1. Constatant les premiers symptômes, il est nécessaire d'appeler sans délai une ambulance pour informer le répartiteur que le patient souffre de diabète et qu'il a l'odeur de l'acétone. Cela permettra à l’équipe médicale arrivée de ne pas se tromper et de ne pas injecter de glucose au patient. Une telle action standard aura de graves conséquences.
  2. Tournez la victime de son côté et fournissez-lui un flux d'air frais.
  3. Si possible, vérifiez le pouls, la pression et la fréquence cardiaque.
  4. Donnez à une personne une injection sous-cutanée d'insuline courte à raison de 5 unités et soyez présente à côté de la victime jusqu'à l'arrivée des médecins.

La santé et la vie d’un diabétique dépendent d’actions claires et calmes lors d’une attaque.

Les médecins qui arrivent donneront au patient une injection d’insuline par voie intramusculaire, mettront un compte-gouttes avec une solution saline pour prévenir la déshydratation et seront transférés en soins intensifs.

En cas d'acidocétose, les patients sont placés dans l'unité de soins intensifs ou dans l'unité de soins intensifs.

Les mesures de rétablissement à l'hôpital sont les suivantes:

  • compensation de l'insuline par injection ou administration diffuse,
  • restauration d'une acidité optimale,
  • compensation du manque d'électrolytes,
  • élimination de la déshydratation,
  • le soulagement des complications découlant du contexte de la violation.

Pour suivre l'état du patient, un ensemble d'études est nécessairement réalisé:

  • la présence d'acétone dans l'urine est contrôlée les deux premiers jours deux fois par jour, puis une fois par jour,
  • test du sucre toutes les heures jusqu'à ce qu'un niveau de 13,5 mmol / l soit établi, puis avec un intervalle de trois heures,
  • on prélève du sang pour les électrolytes deux fois par jour,
  • sang et urine pour l'examen clinique général - au moment de l'admission à l'hôpital, puis avec une pause de deux jours,
  • acidité sanguine et hématocrite - deux fois par jour,
  • sang pour l'examen des résidus d'urée, de phosphore, d'azote, de chlorures,
  • le débit horaire d'urine est surveillé,
  • on mesure régulièrement le pouls, la température, la pression artérielle et veineuse,
  • la fonction cardiaque est surveillée en permanence.

Si l'aide est fournie rapidement et si le patient est conscient, il est ensuite transféré au service endocrinologique ou thérapeutique après sa stabilisation.

Matériel vidéo sur les soins d'urgence pour un patient souffrant d'acidocétose:

Insulinothérapie du diabète pour l’acidocétose

Il est possible de prévenir l'apparition de pathologies par des injections systématiques d'insuline, en maintenant le taux d'hormones à au moins 50 mcED / ml, en introduisant de petites doses d'un médicament à action rapide toutes les heures (de 5 à 10 unités). Une telle thérapie peut réduire la dégradation des graisses et la formation de cétones et ne permet pas non plus d’augmenter la concentration en glucose.

En milieu hospitalier, un diabétique reçoit de l'insuline par une administration intraveineuse continue au moyen d'un compte-gouttes. En cas de risque élevé de développer une acidocétose, l'hormone doit pénétrer dans le patient lentement et sans interruption à raison de 5 à 9 unités / heure.

Pour éviter des concentrations excessives d’insuline, de l’albumine humaine est ajoutée au compte-gouttes à une dose de 2,5 ml pour 50 unités de l’hormone.

Le pronostic pour une assistance opportune est assez favorable. Dans un hôpital, l'acidocétose cesse et l'état du patient se stabilise. La mortalité n'est possible qu'en l'absence de traitement ou au mauvais moment, le début des mesures de réanimation.

Avec un traitement retardé, il y a un risque de conséquences graves:

  • abaissement de la concentration de potassium ou de glucose dans le sang,
  • accumulation de liquide dans les poumons,
  • coup
  • des crampes
  • lésions cérébrales
  • arrêt cardiaque.

Le respect de certaines recommandations aidera à prévenir le risque de complication d'acidocétose:

  • mesurer régulièrement les taux de glucose dans le corps, surtout après des tensions nerveuses, des traumatismes et des maladies infectieuses,
  • utiliser des bandelettes expresses pour mesurer le niveau de corps cétoniques dans l'urine,
  • maîtriser la technique d'administration d'injections d'insuline et apprendre à calculer la posologie nécessaire,
  • suivez l'horaire des injections d'insuline,
  • ne pas prendre de médicaments et suivre toutes les recommandations du médecin,
  • ne prenez pas de médicaments sans ordonnance d'un spécialiste,
  • traiter les maladies infectieuses et inflammatoires et les troubles digestifs en temps opportun,
  • s'en tenir à un régime
  • s'abstenir de mauvaises habitudes,
  • boire plus de liquides
  • faites attention aux symptômes inhabituels et consultez immédiatement un médecin.

Acidocétose diabétique dans le diabète sucré: signes, symptômes et traitement

L’acidocétose doit être clairement comprise de toute personne souffrant de diabète. Le plus souvent, cette forte exacerbation de la maladie résulte d'une attitude négligente à l'égard du traitement. Par conséquent, la connaissance de la nature du phénomène aidera à éviter de graves conséquences. Cette condition est très dangereuse pour un enfant avec une détection précoce du diabète.

Si nous considérons l’acidocétose, et ce qu’elle est en général, est associée au diabète sucré (DM). En fait, il s'agit d'une violation du mécanisme de régulation du métabolisme des glucides en raison d'une forte baisse de la teneur en insuline, de l'apparition d'une augmentation excessive du taux de glucose et de cétones dans le sang (hyperglycémie et cétonémie). Ainsi, l’acidocétose diabétique (ACD) est une forme extrêmement dangereuse d’exacerbation du diabète. Si des mesures médicales adéquates ne sont pas prises, un coma acido-acidique est provoqué, qui aboutit souvent à la mort.

L'acidocétose peut survenir chez un enfant sous une forme non diabétique - acétonémie, vomissements acétonémiques de type cyclique. Cette pathologie est associée à l'apparition d'une concentration importante de corps cétoniques dans le sang.Elle est causée par la malnutrition (excès de graisse) et certaines maladies de nature somatique, endocrinienne et neurologique. La forme secondaire de l'acidocétose non diabétique peut également être provoquée chez l'adulte.

La pathogénie de la pathologie est largement déterminée par une forte baisse du contenu en insuline, caractéristique du diabète de type 1. Sans insuline, le glucose cesse d'être absorbé par les cellules des tissus, ce qui provoque leur faim énergétique. Une phase de décompensation marquée de la maladie survient avec le développement d'une cétonémie, lorsque le foie augmente fortement la production de corps cétoniques (jusqu'à 50 mmol / h).

À la suite de ce processus, la concentration d'acétoacétate, d'acide bêta-hydroxybutyrique et de propanone (acétone) est considérablement accrue. Les reins ne peuvent pas supporter l'utilisation de ces cétones, ce qui provoque une cétonurie avec une excrétion électrolytique excessive. La production incontrôlée de cétones épuise les réserves alcalines, conduisant à une acidose. Les corps cétoniques ont eux-mêmes un effet toxique sur les tissus et leur concentration élevée provoque une intoxication de tout l'organisme.

L'acidocétose avec le diabète de type 2 est moins fréquente, car non associé à un déficit en insuline. Dans ce cas, le problème est causé par une absorption réduite du glucose par les cellules, même en sa présence (résistance à l'insuline cellulaire). En général, le mécanisme de développement du phénomène est similaire - le manque d'énergie des cellules entame le processus de cétogenèse hépatique.

Les causes de l’acidocétose diabétique sont déterminées par un déficit en insuline de caractère absolu (diabète de type 1) ou relatif (diabète de type 2). Très souvent, cela se produit parce que la maladie n'est pas détectée et qu'il n'y a aucun traitement. L'acidocétose diabétique chez les enfants est souvent due à cette raison même, car il est difficile de suspecter le diabète à un âge précoce.

Si le diabète est détecté, l’acidocétose est causée par les raisons suivantes:

Il convient également de noter que près de 25% des cétoacidoses se produisent pour des raisons inconnues. Ils ne sont pas liés à ces circonstances et sont donc difficiles à prévoir.

Si une acidocétose se développe, les symptômes apparaissent alors sur fond de diabète décompensé grave et sont de nature distincte. La pathologie progresse progressivement en l'espace de 3 à 5 jours, mais peut atteindre des niveaux critiques en 20 à 24 heures et le plus souvent, il devient possible de l'identifier dès les premières manifestations.

Les premiers signes de l’acidocétose sont une soif intolérable, une augmentation du nombre des mictions, une sécheresse de la peau et une faiblesse. Ils sont causés par une diminution de l'insuline et une augmentation de la glycémie. Avec le développement de la cétose, apparaissent des symptômes d'acidocétose tels que nausées, vomissements, odeur d'acétone de la cavité buccale, troubles du rythme respiratoire (respiration bruyante et profonde) et apparition d'acétone dans les urines.

Progressivement, les manifestations grandissent. Les signes d'un effet sur le système nerveux central apparaissent - irritabilité, somnolence, léthargie, mal de tête. La déshydratation des cellules commence et une miction fréquente provoque une lixiviation du potassium. Il y a des problèmes dans la région gastro-intestinale - douleur dans l'abdomen, tension de la paroi abdominale, palpation douloureuse dans l'abdomen, affaiblissement du péristaltisme. Ces signes indiquent l'apparition d'une condition ancestrale.

Selon le tableau clinique, on distingue les stades suivants de l’acidocétose dans le diabète sucré:

  1. Forme légère. Dans les analyses, de tels indicateurs sont notés - glucose dans le plasma sanguin - 14-15 mmol / l, pH du sang (artériel) - 7,23-7,31, bicarbonate sérique - 16-18 méq / l. Les cétones se trouvent dans le sérum sanguin et dans l'urine. La différence anionique est comprise entre 10 et 12. A ce stade, il n'y a pas de trouble de la conscience.
  2. La forme moyenne. La quantité de glucose augmente à 17-19 mmol / l et le bicarbonate à 10-13 méq / l. le pH sanguin diminue à 7-7,1. Le niveau de corps cétoniques dans les analyses est estimé à (++). La différence anionique est comprise entre 12 et 14. Les problèmes de conscience ne se produisent pas, mais une somnolence marquée est notée.
  3. Forme sévère. C'est un état de précoma qui peut tomber dans le coma. Une altération grave de la conscience et une léthargie sont notées. Les taux de glucose dépassent 21 mmol / L et les concentrations de bicarbonate en dessous de 10 meq / L. Le pH sanguin est inférieur à 7 et la différence anionique est supérieure à 14. Évaluation de la concentration de cétones dans le sang et dans les urines au niveau (+++).

La manifestation la plus grave de la pathologie est le coma acidocétotique. Dans cette situation, une personne est gravement déprimée du système nerveux central, ce qui entraîne une position inconsciente, une perte de réaction aux stimuli et une violation de la régulation fonctionnelle de tous les organes. Dans cet état critique, le patient a besoin de soins médicaux urgents et d'une hospitalisation avec l'adoption de mesures de réanimation.

Dans les formes avancées, l’acidocétose chez les diabétiques peut entraîner des changements irréversibles, qui ont de graves conséquences. Les complications suivantes sont distinguées:

  1. Œdème pulmonaire. Cela peut être causé par des infractions dans la conduite de la thérapie par perfusion.
  2. Thrombose artérielle. Une perte importante de liquide et une viscosité accrue du sang se développent.
  3. Œdème cérébral. C'est une complication très rare, mais cela peut se produire avec l'acidocétose chez les enfants.
  4. Les réactions de choc sont causées par une détérioration de la circulation sanguine.
  5. Pneumonie avec séjour prolongé dans le coma.
  6. Infarctus du myocarde causé par une acidose et des réactions de choc.

Si la pathologie est autorisée à entrer dans le coma, une issue fatale est possible. Malgré le fait qu'en général, compte tenu des capacités médicales modernes, le pronostic du traitement de l'acidocétose soit relativement favorable, le risque de complications graves augmente considérablement lorsqu'il est retardé au début du traitement.

L'acidocétose se manifeste par des signes évidents, mais ils coïncident largement avec les symptômes d'autres maladies, par exemple la péritonite. Afin de poser le diagnostic correctement et en temps voulu, en se différenciant des autres pathologies, il est nécessaire de mener des études de diagnostic.

Le diagnostic est réalisé par un endocrinologue avec la participation d'un diabétologue. Pour cela, les méthodes d'enquête suivantes sont fournies:

  1. Examen externe et historique. Une attention particulière est accordée à l'état de la peau et des muqueuses. Il y a des signes d'hypotension et de confusion. Un signe certain est l’odeur d’acétone de la bouche et un rythme respiratoire caractéristique (respiration Kussmaul).
  2. Recherche en laboratoire. Le laboratoire reçoit des analyses de sang et d'urine. Ici, le niveau de glucose dans le sang (plus de 12 mmol / L), l'hyponatrémie (inférieure à 134 mmol / L), l'hypokaliémie (inférieure à 3,4 mmol / L), la cholestérolémie (supérieure à 5,3 mmol / L) sont déterminés. Les caractéristiques caractéristiques sont le pH sanguin (inférieur à 7,3), l'osmolarité plasmatique (supérieure à 320 mosm / kg) et la différence anionique. Dans l'analyse de l'urine, le contenu en cétones et en glucose est détecté.
  3. Les techniques instrumentales sont utilisées pour identifier les complications. Tout d'abord, un ECG est effectué pour établir en temps voulu une condition de pré-infarctus. Les études par rayons X permettent d’exclure la fixation d’un facteur infectieux secondaire en termes de lésion des poumons et des voies respiratoires.

Lors du diagnostic, il est important de différencier l'acidocétose de telles pathologies: urémie, hypoglycémie, coma hyperosmolaire et lactique. Pour accélérer la détection de la maladie avec perte de conscience chez l'homme, un test assez radical est parfois utilisé - l'introduction de glucose. La manière dont l'état du patient (amélioration ou aggravation) a changé a permis de tirer une conclusion sur la cause de la position inconsciente.

Si une acidocétose se développe, le traitement est administré aux patients hospitalisés. Mais il est nécessaire de commencer avant même l'hospitalisation, à la maison. Tout d'abord, un régime basé sur l'exclusion des aliments gras du régime, y compris produits laitiers (fromage, crème sure, beurre). Il est nécessaire de renforcer le régime de consommation en raison des jus naturels de fruits, de gelée, d’eau alcaline minérale. Vous pouvez utiliser une recette simple pour préparer une boisson: 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude par 1 litre d'eau tiède. Le patient doit fournir un repos au lit.

En conditions stationnaires, la thérapie est effectuée des manières suivantes:

Lorsqu'un patient présentant un degré grave d'acidocétose est hospitalisé, il est envoyé à l'unité de soins intensifs. Ici, l'administration d'insuline à courte durée d'action par voie intraveineuse est organisée de manière urgente. De plus, un débit constant d'insuline dans l'infusomat est assuré. Pour éliminer son adsorption, de l'albumine humaine est ajoutée à la solution. Parfois, une personne malade a un choc hypovolémique dans le contexte d’une détérioration de la circulation sanguine avec une viscosité accrue. Dans ce cas, l'introduction de médicaments colloïdaux est recommandée.

L'efficacité du traitement dépend de la rapidité de son application et de la gravité de la pathologie. Il faut garder à l'esprit que l'ACD évolue assez lentement, mais à un stade avancé, elle se transforme rapidement en coma, lorsque l'issue fatale est estimée en moyenne à 5 ou 6% de tous les cas (plus de 20% chez les personnes âgées). Le blocage urgent de l'acidose ne permet pas le développement de changements irréversibles, ce qui permet d'établir un pronostic favorable pour la guérison de la pathologie.

Les schémas thérapeutiques modernes peuvent éliminer l’acidocétose, traduisant ainsi l’évolution du diabète. Cependant, prévenir son apparition est beaucoup plus facile que guérir. Pour ce faire, il suffit de respecter scrupuleusement toutes les prescriptions du médecin, d’exclure toute auto-médication et d’utiliser uniquement des médicaments fiables pour lesquels la durée de conservation n’est pas dépassée. Une nutrition adéquate et une surveillance constante du taux de sucre jouent un rôle important. Lorsque les premiers signes de pathologie apparaissent, il est urgent de contacter un endocrinologue.


  1. Kazmin V.D. Traitement du diabète avec des remèdes populaires. Rostov-on-Don, Éditions Vladis, 2001, 63 pages, 20 000 exemplaires.

  2. Frenkel I.D., Pershin SB. Diabète sucré et obésité. Moscou, maison d'édition Kron-Press, 1996, 192 pages, 15 000 exemplaires.

  3. Ostroukhova E.N. Une bonne nutrition pour le diabète. Moscou-SPb., Maison d'édition "Dilya", 2002,158 p., Tirage 10 000 exemplaires.

Laisse moi me présenter. Je m'appelle Elena. Je travaille comme endocrinologue depuis plus de 10 ans. Je crois que je suis actuellement un professionnel dans mon domaine et je souhaite aider tous les visiteurs du site à résoudre des tâches complexes, mais pas aussi complexes. Tous les matériaux pour le site sont rassemblés et soigneusement traités afin de transmettre le plus possible toutes les informations nécessaires. Avant d'appliquer ce qui est décrit sur le site Web, une consultation obligatoire avec des spécialistes est toujours nécessaire.